Le retour d’Audiogalaxy

Si vous êtes vieux comme moi, vous avez peut être connu Audiogalaxy à la fin des années 90. C’était un client P2P assez performant qui occupait le terrain entre Napster et Kazaa, pour situer l’époque. Après bien des péripéties, Audiogalaxy est de retour avec un modèle qui n’effraiera personne.

La nouvelle promesse d’Audiogalaxy est de vous faire accéder à votre collection de musique à distance. Ici pas (encore) d’offre de stockage en ligne et de problématique de synchronisation, si vous êtes à la quête du Celestial Jukebox, passez votre chemin. A l’aide d’un client logiciel tournant en tâche de fond sur votre machine locale, Audiogalaxy propose le streaming de ces contenus à partir d’une machine distante, via une interface web.

L’avantage est que cette solution est simplissime à mettre en oeuvre, et lorsqu’on a méticuleusement numérisé sa collection, on aime bien s’y retrouver facilement sans à farfouiller pour savoir si tel disque est dispo en streaming sur Spotify, ou en backup sur Mp3Tunes. L’inconvénient bien sûr, est que votre machine doit toujours être en ligne pour accéder à vos titres. A ce moment là me direz vous, pourquoi pas carrément installer Subsonic ? Audiogalaxy a l’avantage de s’installer sans aucune configuration, mais ces fonctionnalités sont limitées.

Outre la recherche et la création de playlists dans l’interface web, vous pourrez installer des applications mobiles sur iPhone et Android. C’est tout, pas de scrobbling, pas de recommandation, pas d’offre sociale. Ou pour l’instant, car dans les paramètres de votre compte, une option est cochée par défaut  » autoriser d’autres membres à parcourir ma collection ». Tiens tiens, ça me rappelle l’Audiogalaxy « historique ».

Laisser un commentaire