Rdio, le Spotify américain

Je profite d’un déplacement au Canada pour tester Rdio, un site de streaming innaccessible en France, et qui fut présenté à son lancement comme un concurrent potentiel à Spotify en cas de lancement du champion suédois en Amérique du nord.

Je comprends mieux le concert de louanges des sites d’actu web lors de la sortie de Rdio. La plateforme est en effet déjà très riche en fonctionnalités et sa prise en main très simple pour qui sait manier un browser. Comme son concurrent européen, Rdio propose le streaming illimité Freemium (ici ce sont 3 jours offerts avant obligation de passer à la caisse) avec un catalogue décent. La couche sociale est intégrée à plusieurs niveaux (édition de playlists collaboratives, friending asynchrone entre utilisateurs, activités publiques…). De quoi partager et découvrir des nouveautés ou pépites oubliées.

Rdio scrobble les titres écoutés vers Last.fm, qui doit également fournir les recommandations de qualité, tant en fonction de l’historique d’écoute que des suggestions d’artistes similaires dans la recherche. On retrouve les recommandations sur les pages artistes bien construites, avec une smart radio et une liste de groupes qui ont et dont se sont inspirés l’artiste.

Du côté des points faibles de Rdio : la durée de test de 3 jours est vraiment trop courte. Cela m’a à peine donné le temps de tester le site pour cet article, en aucun cas le temps d’exploiter tout le pan social du site. On sait que les partenaires des services de streaming mettent une pression maximum pour convertir les utilisateurs. Dans le cas de Rdio, 3 jours ne sont pas assez pour me faire regretter l’usage du site. Autre point faible pour qui utilise Spotify, le catalogue. Il est certes correct mais ces trous béants sont exposés sur les pages artistes dont je parlais plus haut. Concrètement, une recherche pour un artistes non présent sur Rdio va retrourner une page avec des recommandations d’autres artistes. Cool ! Sauf que ces artistes ne figurent pas obligatoirement sur Rdio, et vous pouvez passer sur des dizaines de pages avant de trouver quoi écouter.

Je n’ai pas pu tester les options de synchronisation mobile de peur de faire exploser mon forfait data à l’étranger, mais sur le papier l’offre est compétitive.

Est-ce que j’utiliserais Rdio s’il était lancé en France ? Non. Pour moi, la profondeur du catalogue Spotify compense largement les avantages de Rdio (couche sociale, éditorialisation des pages artistes). Maintenant, si Rdio proposait en parallèle une offre de Locker pour palier la faiblesse actuelle de l’offre, je pourrais réviser mon jugement. En tous les cas je suis impatient de voir comment le site va évoluer sur le marché nord américain. Avec l’arrivée prochaine de Google Music et l’arlésienne Spotify, la bataille est engagée.

Mise à jour du 3 mai 2012 : Rdio est désormais ouvert aux utilisateurs s’enregistrant depuis le territoire français.

3 réflexions au sujet de « Rdio, le Spotify américain »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.