Mes outils de veille musicale, ou comment ne pas louper un disque d’un groupe que j’apprécie

Depuis que je ne lis plus la presse musicale, et que les blogs musicaux ont quitté mon lecteur de news, il est devenu moins facile de ne plus rater de sorties de groupes que j’apprécie. Voici les solutions que j’utilise désormais pour me tenir au courant et ne plus rien louper.

Last.fm et IFTTT

Last.fm propose deux flux différents, les nouvelles sorties des artistes figurant dans votre bibliothèque (ceux que vous avez scrobblés) et des recommandations en fonction de votre historique d’écoute. Pour ne pas avoir à me connecter sur le site et ne pas encombrer mon lecteur de news, j’ai créé deux recettes sur If This Then That. Pour ceux qui ne connaîtraient pas IFTTT, c’est un service qui permet d’automatiser certaines tâches en définissant très simplement un élément déclencher et l’action que cela doit accomplir. Pensez à Yahoo! Pipes en très simplifié et facile d’utilisation.

Ces recettes IFTTT sont configurées pour m’envoyer un email à chaque fois qu’un nouveau disque ou une nouvelle recommandation est ajoutée. Vous pouvez utiliser ces recettes publiques, vous n’aurez que votre nom d’utilisateur à modifier.
Le point négatif avec Last.fm est que tout aussi étonnant que cela paraisse quand on connaît la maturité du service, il gère mal les homonymes. Un cas qui arrive malheureusement plus souvent qu’on ne le pense.

Mise à jour du 04/10/2014 : J’ai créé 2 nouvelles recettes IFTTT : Elles permettent simplement de recevoir les nouveaux disques d’artistes scrobblés et les recommandations Last.fm via des notifications mobiles Pushbullet.

Discogs

Probablement la solution la plus complète en théorie : la page personnalisée des nouvelles sorties de Discogs. La richesse de la communauté Discogs permet de rien louper, la moindre édition limitée, tour single, remix y est documenté. C’est génial, mais on se perd souvent dans les rééditions de back catalogue qui ressurgissent en tête de liste. L’autre inconvénient majeur est que cette page de recommandations personnalisées n’offre pas de flux XML. Impossible donc d’y accéder autrement qu’en se connectant à Discogs. Pas pratique et pour moi qui n’ai ajouté que 10% environ de ma collection à mon compte Discogs, il manque pas mal de choses.

Headphones

A la base, Headphones est un add-on pour SABnzbd, une application qui sert à automatiser le téléchargement de contenus sur les newsgroups. Mais Headphones peut fonctionner sans SABnzbd, si on en fait comme moi un usage détourné. Il vous faudra installer Python et clôner le réprtoire Github du projet. Ensuite, lancez Headphones.py, spécifiez le répertoire de votre bibliothèque musicale et attendez que Headphones analyse le tout. Pour chaque artiste vous disposerez d’une discographique complète (basée sur les données de Musicbrainz) et d’un indicateur informant de la présence de tous les titres dans votre librairie. Cliquez sur l’onglet « Wanted », et vous trouverez la liste des albums des artistes de votre bibliothèque qui sortiront prochainement. L’onglet « Extras » permet quant à lui d’afficher des recommandations de nouveaux artistes, ne figurant pas encore dans votre bibiliothèque.

Les données provenant des MusicBrainz, les résultats sont plutôt bons, même si il y a pas mal de trous concernant des artistes confidentiels (peut être que le support de Discogs sera ajouté prochainement ?). Points négatifs, Headphones est plutôt gourmand en ressources et a tendance à faire ramer mon NAS (il existe un package Headphones pour les possesseurs de NAS Synology). De plus, l’utilisation première de Headphones étant le téléchargement, l’interface parait souvent incongrue.

Si vous avez d’autres méthodes (non, je ne veux pas utiliser les recommandations d’Amazon, merci), votre avis est le bienvenu, car pour le moment je n’ai pas trouvé la solution miracle.

9 réflexions au sujet de « Mes outils de veille musicale, ou comment ne pas louper un disque d’un groupe que j’apprécie »

  1. Je suis un gros utilisateur de Rate Your Music (RYM), que je préfère à Discogs ou MusicBrainz sur de nombreux points (bien qu’ils aient chacuns leurs points forts).
    Il existe 2 moyens d’être tenu au courant des nouveautés sur RYM :
    – sur ma page personnelle : la boîte « Upcoming » me tient au courant des sorties pour tous les artistes dont j’ai un jour noté un disque ou simplement l’appartenance à ma collection.
    exemple sur ma page : http://rateyourmusic.com/~fabcardenas
    – sur la page d’accueil du site, la partie « New releases » (que l’on peut ouvrir pour l’agrandir) qui montre toutes les nouvelles sorties, que je connaisse ou non l’artiste.
    http://rateyourmusic.com/new_releases

    1. C’est effectivement assez similaire à ce que propose Discogs. Ce dernier obtient mes faveurs car je trouve ses données plus complètes, et qu’il est intégré à l’éditeur de méta données Jaikoz.
      RYM propose t-il un XML de ses recommandations personnalisées ?

  2. Je ne connais pas de moyen simple d’éditer cette liste de nouveautés sur RYM pour l’instant.
    On ne reçoit par défaut également que l’info pour les artistes dont on a noté un disque au moins 3/5 ou dont on possède un exemplaire dans sa collection.
    De fait j’utilise assez peu cette fonction sur RYM.
    J’utilise beaucoup plus les charts, qui sont personnalisables de manière assez fine, pour découvrir de nouveaux disques ou artistes.
    http://rateyourmusic.com/customchart
    Il n’y a pas d’équivalent sur Discogs à cette fonctionnalité.

    J’ai aussi un compte Discogs, que j’utilise assez peu.
    Les point fort de Discogs sont :
    – les crédits et détails d’enregistrement, production, etc.
    – la possibilité de personnaliser le catalogage de sa collection (état du disque, etc.), en fait surtout utile pour la vente
    – le domaine des musiques électroniques

    Les points faibles sont :
    – un très faible outil de recherche
    – des genres musicaux mal définis (sauf pour les musiques éléctroniques)
    – des règles de typo insupportables (les majuscules partout dans toutes les langues sont une honte) (RYM et MusicBrainz respectent les règles propres à chaque langue)
    – des règles d’indexation absentes ou erronées
    – des trous béants dans la plupart des genres non anglo-saxons
    – une modération a posteriori des modifications faites sur les données (la modération se fait a priori sur RYM), entraînant un nombre incalculable d’erreurs visibles
    – l’orientation du site de plus en plus commerciale : la base de données collaborative est devenue une base de données pour la vente.

  3. Je reconnais que les règles de typo de Discogs sont à se taper la tête contre les murs, mais je m’y suis fait !
    Pour les genres qui m’intéressent, Discogs est vraiment bien fourni. J’ai cherché une fois une référence sortie en CD-R à 15 copies, et l’ai trouvée…

    C’est vrai que la recherche n’est pas bonne, mais comme il y a beaucoup d’informations par référence, on s’y retrouve toujours. Je passe quasi exclusivement par la recherche par label (mais bon ça va quand il y a pas plus de quelques dizaines de références…).

    Le truc qui me rebute sur RYM, c’est l’interface, où le contenu est disséminé entre les pubs et les encarts Ebay. Sur les quelques tests que j’ai fait sur des groupes un peu obscurs, le label manquait à chaque fois, or pour moi, c’est l’information la plus importante, car c’est à partir de ça que je vais pouvoir aller découvrir de nouveaux artistes.

    Ceci dit, je n’ai pas de compte sur RYM et je penserais peut être différemment si je l’utilisais régulièrement.

  4. Avoir un compte RYM offre la possibilité de ne pas voir les pubs.

    Le fait d’ajouter l’information seulement une fois vérifiée par un modérateur fait que celle-ci met souvent beaucoup plus de temps à apparaître sur RYM. C’est un inconvénient, mais au final, elle est plus fiable.

    Quels sont tes genres de prédilection ?
    RYM est faible sur les musiques électroniques mais relativement complet pour le rock (il y a, c’est vrai, une grosse communauté de métalleux, dont je ne suis pas). Le point faible reste le classique (mais c’est pareil sur Discogs et MusicBrainz), notamment pour les nouveautés. Mais on est quelques uns à essayer de combler cette lacune.

    1. J’écoute majoritairement du rock (intrumental, noise, indie, math rock…) et un peu d’electronica donc c’est très bien couvert par Discogs. Mon usage premier de Discogs est de taguer tous mes morceaux avec les données les plus complètes possibles, notamment lorsque je numérise mes vinyles.

      Je veux être prêt quand Tomahawk lancera des radios personnalisées par Label, producteur ou remixeur 🙂

  5. J’oubliai la possibilité de mettre un label en favori sur RYM : à chaque ajout d’une nouvelle référence dans la base, on reçoit alors un message d’avertissement. J’utilise beaucoup cette fonction pour suivre des petits labels spécialisés.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.