Archives de catégorie : Diffusion

Lancement de la plateforme Artists.MTV

MTV vient de sortir la plateforme d’information Artists.MTV. Les lecteurs de ce blog reconnaitront le travail et les données d’Echo Nest, partenaire de MTV depuis plusieurs années. Si ce type de plateforme agrégeant news, vidéos, flux Twitter, biographie, dates de tournées, discographie et liste d’artistes similaires et loin d’être nouvelle (j’ai bien dû en présenter une dizaine ici), la réalisation de celle-ci est très réussie.

Outre des pages individuelles, on retrouvera des listes par genre pour des artistes émergents (selon les standards de MTV…) ou des « collections » regroupant des artistes figurant dans les programmes de la chaine. D’après ce que je comprends, les artistes peuvent prendre le contrôle de leur page et bénéficier des outils marketing de Topspin pour analyser et animer leur communauté de fans.

Pas certain que ce type de plateforme soit un succès dans la durée, mais c’est probablement très bon pour le SEO de MTV. On peut s’attendre à l’ajout d’une couche solicale pour enrichir le service qui manque pour l’instant d’interactivité.

Toma.hk, le retour des widgets audio


Au milieu des années 2000 on trouvait souvent des petits lecteurs flash un peu partout sur le web. Ceux ci ont disparu petit à petit, remplacés par des lecteurs Youtube ou Soundcloud, ou des liens vers des applis externes. Spotify dans un tentative d’occuper le terrain a relancé le lecteur embarqué il y a quelques mois.

Un des problèmes de ces boutons (qui a contribué à leur extinction progressive) est que très souvent les contenus disparaissent du jour au lendemain, au gré des hébergements, des demandes des ayants droits…

Toma.hk (développé par les mêmes personne que le lecteur Tomahawk) est la solution la plus simple si vous souhaitez intégrer une chanson sur votre site. Une même chanson étant disponible dans de nombreux catalogues (Spotify, Youtube, Deezer, Soundcloud…), le widget Toma.hk pourra quasiment toujours trouver une source disponible sans que vous ayez à modifier quoi que ce soit de votre côté.

Toma.hk s’est vu agrémenté de fonctionnalités de recommandation, de partage simplifié et de génération de liste de lecture automatique lors de sa dernière mise à jour, en faisant un point d’entrée simple est complet pour quiconque est en quête de nouveaux sons.

Comparatif des radios personnalisées de Spotify, Deezer, Tomahawk et Last.fm

Alors que Spotify annonçait enfin l’ajout d’une fonctionnalité de radio personnalisée en fin de semaine dernière, j’ai voulu faire à nouveau le tour des solutions offertes depuis la France (ce qui exclu Pandora) pour créer des stations de radio personnelles.

Cette année, les 4 candidats retenus sont donc Spotify, Deezer, Tomahawk et Last.fm. Je voulais tester ces services en lançant une radio d’artistes similaires à Shellac (artiste que j’utilise en général pour tout nouveau service), mais introuvable chez Spotify, tout comme mon deuxième choix Bill Callahan. C’est parti donc avec Arab Strap comme exemple.

Continuer la lecture de Comparatif des radios personnalisées de Spotify, Deezer, Tomahawk et Last.fm

Les nouveautés de Tomahawk 0.3

Tomahawk logo

Beaucoup de nouveautés excitantes au programme de la version 0.3 de Tomahawk, le lecteur audio next gen dont j’avais déjà vanté les mérites lors des sorties des précédentes itérations. Si celles-ci étaient déjà riches, Tomahawk restait encore difficile à prendre en main. La version 0.3 apporte des solutions pour faciliter les interactions et accélérer la phase d’apprentissage.

Installeur de content resolvers

Plus besoin d’aller télécharger les sources des content resolvers et de les décompacter dans le bon dossier, vous pouvez désormais choisir à partir d’une liste les sources de contenus auxquelles vous voulez accéder, et l’installation se fait en un clic, encore plus facilement que vous le feriez avec une extension Firefox. De plus la liste des sources s’est allongée de quelques noms : Youtube, Grooveshark (pour les abonnés à Grooveshark Anywhere), Dilandau, ou un autre de nos favoris, Ex.fm.

tomahawk resolvers installeur

Couplé à la construction de radio personnalisées propulsées par Echo Nest, cela promet des heures de bonheur de d’heureuses découvertes (je viens par exemple de découvrir l’existence de Tenebre, dont je vais aller explorer la discographie de ce pas !).

Recherche globale

La fonctionnalité de recherche unifiée illustre le changement de paradigme de consommation des contenus musicaux à la base du projet Tomahawk. Ce dernier centralise toutes les sources d’accès aux contenus : vous n’avez donc plus à vous soucier de savoir si ce que vous voulez écouter se trouve sur votre disque dur, sur Youtube ou sur le réseau local d’un de vos contacts sur Twitter. Ce qui importe c’est uniquement le résultat, pas la manière dont on y parvient.
On aimerait cependant parfois pouvoir filtrer les résultats pour faire le tri selon que les réponses soient dans les champs ‘artiste’, ‘titre’…

Découverte

Outre les pages artistes où figurent des artistes similaires qui furent ajoutées lors du passage à la version 0.2, Tomahawk propose un autre moyen de découvrir de nouveaux artistes ou de vous tenir au courant de l’actualité des sorties. Un clic sur le menu Charts suffit pour que vous puissiez accéder, et écouter tous les classements de Billboard, Hype Machine, Last.fm, Rdio, We Are Hunted, Spotify ou iTunes.

Au programme également, un support élargi de sites pour l’import de playlists via bookmarklet, le glissé dposé pour les liens provenant de Spotify, iTunes ou Rdio et des dizaines de bugfixes. Bref, Tomahawk a bien progressé depuis sa prometteuse première version et je vous invite à le tester si vous ne l’avez pas déjà fait. Je suis persuadé que vous l’adopterez.

Télécharger Tomahawk pour Windows, Mac OS ou Linux

Serendip.me, le haut-parleur de Twitter

Lorsque j’ai lu à propos de la sortie de Serendip.me, j’ai distraitement cliqué sur le lien, ne pensant pas y passer longtemps. Après une dizaine de jours, je suis revenu sur le site plusieurs fois, ce qui est assez rare.

Serendip.me, comme son nom ne l’indique pas, a pour objet d’offrir une interface dédiée à la lecture des contenus musicaux de votre timeline Twitter. Une fois après vous être connecté avec votre compte Twitter, Serendip.me récupèrera les flux audio publiés par vos followees dans une interface adaptée aux contenus musicaux : contrôles précédent/suivant, touche pause, preview de la pochette, lecteur vidéo (pour contenus Youtube…).

Pour découvrir de nouveaux curateurs (ou DJ dans le jargon du site), vous pouvez facilement connaitre les personnes ayant aussi partagé le même contenu. On comprend un peu mieux le nom du service.

L’interface de Serendip.me manque un peu de fluidité mais c’est une bonne base pour en faire un vrai service social. Les contenus musicaux sur Twitter étant légions, c’est plutôt malin et on ne devrait pas tarder à voir fleurir des fonctionnalités de commentaires et autre playlisting.

Le problème est qu’il faudrait du temps pour filtrer la liste de mes abonnés pour ne conserver dans Serendip.me pour filtrer ceux dont les goûts ne me correspondent pas du tout (soit environ 90%). Cette fonctionnalité est présente dès à présent, évitant le maelström.

Premiers pas sur Google Music

Normalement réservé aux utilisateurs américains, j’ai reçu une invitation à la beta de Google Music il y a quelques jours, en pleine effervescence Google Plus. C’est probablement une tablette sous Android Honeycomb déclarée chez un opérateur US qui explique que je puisse tester le service depuis la France.

Passé le login avec son compte Google, on peut télécharger gratuitement quelques titres promotionnels (sur lesquels je ne me suis pas attardé) ou télécharger un petit client et commencer à uploader sa musique en déclarant les répertoires où elle est stockée. Ceux-ci seront synchronisés avec le service Google Music. Vous pourrez ensuite streamer les oeuvres uploadées depuis 8 terminaux distincts, ce qui laisse un peu de marge.

En comparaison avec les autres offres de lockers MP3, l’offre de Google est alléchante. Ici pas de contrainte de d’espace disque (les 2 ou 5 Go offerts ça et là), mais une limite fixée à 20000 titres, quelque soit leur taille et durée. Voilà de quoi ravir les amateurs de longues plages et autres mixes non découpés. Même si l’upload est incroyablement long (8700 titres après 8 jours non stop à l’heure où je rédige), je préfère largement cette façon de procéder à celle proposée par Apple. Ici les morceaux téléchargés sont bien ceux se trouvant sur ma machine, avec mes paramètres d’encodage, et pas associés en fonction de leur metadonnées à une version AAC dégradée récupérée sur iTunes. Ceux qui ont patiemment encodé leurs vinyles comme moi apprécieront sans doute ce point. En revanche ils apprécieront moins les quelques soucis de compatibilités rencontrés avec certains fichiers flac, même si c’est un format officiellement supporté.

Vous devez avoir scrupuleusement renseigné vos métadonnées avant de débuter l’upload, ou nombre de morceaux se retrouveront dans un abyssal répertoire Unknown (normal). Plus handicapant, Google Music est pour l’heure très terre à terre et identifie un album avec le tag de l’artiste du titre, l’artiste de l’album et le titre de l’album de l’album. Si un des trois n’est pas renseigné, ou si vous avez oublié une majuscule quelque part, vous obtiendrez des albums morcelés en fonction des metadonnées communes. Votre seul salut : Reformater à l’identique et individuellement chaque titre pour qu’il soit bien identifié comme partie d’un album. Autant dire que c’est très fastidieux. L’édition par lot des méta-données est attendue avec impatience.

A part quelques bugs de jeunesse, les interfaces sont fluides, que ce soit sur le site de Google Music ou sur les applications mobiles. Pour celles-ci le mode offline est disponible, sans surprises. Les quelques tests de la fonctionnalité Instant playlist effectués se sont également révélés plutôt concluants, sans grosse faute de goût (mais c’est un peu difficile de juger lorsque 50% de votre bibliothèque est toujours en attente d’upload). Cependant, impossible d’influer sur l’algo de recommandation et donc d’exclure un artiste, privilégier un tempo, une ambiance ou tout ce que propose l’algo d’Echo Nest (voir la présentation de tomahawk pour plus d’infos).

Les adeptes du scrobbling se réjouiront de pouvoir utiliser l’extension Better Music Beta pour scrobbler et ajouter des titres à vos favoris Last.fm depuis Google Music.

Google Music est actuellement une bonne version beta, plutôt stable est prête à utiliser pour un public averti. Reste à connaitre son prix, car s’il est gratuit actuellement, Google a précisé que c’était pour une durée limitée. En fonction se posera éventuellement la question pour moi de passer de Subsonic à Google Music. Pour l’instant et pour mon usage, le premier reste la meilleure solution de streaming à usage personnel.