Archives de catégorie : Outil

2012: A Jam Odissey

Décembre, la saison des rétrospectives. C’est un exercice qui ne m’intéresse pas en général, mais la fine équipe de This Is My Jam a résussi à me faire plonger avec 2012: A Jam Odyssey. En un clic, vous pouvez générer un court mix des morceaux publiés tout au long de l’année sur This Is My Jam, le tout dans un univers retro-futuriste.  Une belle occasion de se remémorer ses coups de coeur de l’année, et de découvrir ceux de vos contacts.

JamOdissey

 

Et voilà comment petit à petit, This Is My Jam parvient à se distinguer de la meute et intégrer les applications que j’utilise régulièrement (13 fois dans l’année si j’en crois ma Jam Odyssey)

 

 

Mes outils de veille musicale, ou comment ne pas louper un disque d’un groupe que j’apprécie

Depuis que je ne lis plus la presse musicale, et que les blogs musicaux ont quitté mon lecteur de news, il est devenu moins facile de ne plus rater de sorties de groupes que j’apprécie. Voici les solutions que j’utilise désormais pour me tenir au courant et ne plus rien louper.

Last.fm et IFTTT

Last.fm propose deux flux différents, les nouvelles sorties des artistes figurant dans votre bibliothèque (ceux que vous avez scrobblés) et des recommandations en fonction de votre historique d’écoute. Pour ne pas avoir à me connecter sur le site et ne pas encombrer mon lecteur de news, j’ai créé deux recettes sur If This Then That. Pour ceux qui ne connaîtraient pas IFTTT, c’est un service qui permet d’automatiser certaines tâches en définissant très simplement un élément déclencher et l’action que cela doit accomplir. Pensez à Yahoo! Pipes en très simplifié et facile d’utilisation.

Ces recettes IFTTT sont configurées pour m’envoyer un email à chaque fois qu’un nouveau disque ou une nouvelle recommandation est ajoutée. Vous pouvez utiliser ces recettes publiques, vous n’aurez que votre nom d’utilisateur à modifier.
Le point négatif avec Last.fm est que tout aussi étonnant que cela paraisse quand on connaît la maturité du service, il gère mal les homonymes. Un cas qui arrive malheureusement plus souvent qu’on ne le pense.

Mise à jour du 04/10/2014 : J’ai créé 2 nouvelles recettes IFTTT : Elles permettent simplement de recevoir les nouveaux disques d’artistes scrobblés et les recommandations Last.fm via des notifications mobiles Pushbullet.

Discogs

Probablement la solution la plus complète en théorie : la page personnalisée des nouvelles sorties de Discogs. La richesse de la communauté Discogs permet de rien louper, la moindre édition limitée, tour single, remix y est documenté. C’est génial, mais on se perd souvent dans les rééditions de back catalogue qui ressurgissent en tête de liste. L’autre inconvénient majeur est que cette page de recommandations personnalisées n’offre pas de flux XML. Impossible donc d’y accéder autrement qu’en se connectant à Discogs. Pas pratique et pour moi qui n’ai ajouté que 10% environ de ma collection à mon compte Discogs, il manque pas mal de choses.

Headphones

A la base, Headphones est un add-on pour SABnzbd, une application qui sert à automatiser le téléchargement de contenus sur les newsgroups. Mais Headphones peut fonctionner sans SABnzbd, si on en fait comme moi un usage détourné. Il vous faudra installer Python et clôner le réprtoire Github du projet. Ensuite, lancez Headphones.py, spécifiez le répertoire de votre bibliothèque musicale et attendez que Headphones analyse le tout. Pour chaque artiste vous disposerez d’une discographique complète (basée sur les données de Musicbrainz) et d’un indicateur informant de la présence de tous les titres dans votre librairie. Cliquez sur l’onglet « Wanted », et vous trouverez la liste des albums des artistes de votre bibliothèque qui sortiront prochainement. L’onglet « Extras » permet quant à lui d’afficher des recommandations de nouveaux artistes, ne figurant pas encore dans votre bibiliothèque.

Les données provenant des MusicBrainz, les résultats sont plutôt bons, même si il y a pas mal de trous concernant des artistes confidentiels (peut être que le support de Discogs sera ajouté prochainement ?). Points négatifs, Headphones est plutôt gourmand en ressources et a tendance à faire ramer mon NAS (il existe un package Headphones pour les possesseurs de NAS Synology). De plus, l’utilisation première de Headphones étant le téléchargement, l’interface parait souvent incongrue.

Si vous avez d’autres méthodes (non, je ne veux pas utiliser les recommandations d’Amazon, merci), votre avis est le bienvenu, car pour le moment je n’ai pas trouvé la solution miracle.

Nouvelle version de Tomahawk

Depuis un peu plus d’une année, j’ai souvent parlé de Tomahawk ici, et encore plus IRL pour ceux qui ont le malheur de me côtoyer. Si cela vous a échappé, Tomahawk est un client qui à l’instar de iTunes ou de ce bon vieux Winamp, vous permet de gérer votre bibliothèque musicale locale, mais dont la puissance réside dans le fait qu’il se sert également de multiples sources de contenus (votre abonnement Spotify ou Grooveshark, Youtube, Soundcloud, 8tracks, official.fm, mais aussi la bibliothèque de vos amis connectés sur Twitter ou Gmail). Bref, « It just plays » comme le dit la baseline, sans que vous ayez à vous soucier d’où vient le morceau.

Tomahawk a atteint la version 0.5 hier, l’occasion de faire le point sur le nouveautés.

Le plus voyant est le changement d’identité graphique. nouveau logo, nouveau site web plus fluide, Tomahawk est maintenant aussi plus simple à configurer et à utiliser. Après installation, on découvre la nouvelle grille présentant les différents éléments ayant la même apparence que les widgets toma.hk. En cliquant sur les noms de titres ou d’artistes, on découvrira les ounvelles pages dédiées, plus claires, et faisant la part belle aux recommandations.

Pour les curieux, outre les charts par pays et genres, vous pourrez désormais découvrir les nouvelles sorties par genre musical, à écouter directement dans Tomahawk.

Côté resolvers, pas énormément de nouveautés, mais pour la première fois dans une version stable, vous pourrez ajouter un serveur Subsonic à la liste des sources. Un must pour moi qui utilise Subsonic pour héberger toute ma bibliothèque. Tout le contenu est maintenant utilisable pour venir agrémenter les stations de radio personnalisées, la fonctionnalité que j’apprécie le plus de Tomahawk (pour plus d’infos lire mes précédents billets).

Pour finir, Tomahawk est maintenant disponible en français. J’ai contribué pour un bon tiers à la traduction qui est encore largement perfectible, mais elle devrait permettre de prendre le logiciel en main pour ceux qui ont vraiment des difficultés avec l’anglais.

Comme depuis la première version, Tomahawk est disponible pour Windows, Mac OS et Linux. Testez le, contribuez, parlez en autour de vous !

Jaikoz, un éditeur de métadonnées connecté à Discogs et MusicBrainz

On ne répètera jamais assez l’importance d’avoir des fichiers audio dont les méta données sont bien renseignées. Le sujet n’est pas nouveau et il existe depuis bien longtemps des centaines de logiciels pour taguer vos MP3 avec plus ou moins d’options. Cette question me préoccupait guère car j’ai l’habitude de taguer mes fichiers lors de l’extraction des disques que j’achète avec CDEX, qui accompli cette tâche facilement. Seulement, j’ai entrepris de numériser les quelques centaines de vinyles accumulés depuis une quinzaine d’années. C’est une activité chronophage a plus d’un titre : d’abord car chaque piste doit être éditée à la main, puis parce que l’édition des méta données est fastidieuse, malgré le concours des indispensables bases de connaissances collaboratives que sont Discogs et MusicBrainz.

En visitant ce dernier pour la première fois depuis bien longtemps, j’ai trouvé une référence à Jaikoz, un logiciel qui m’était inconnu, bien qu’il existe depuis 2006. Jaikoz est un éditeur de méta données pour Windows, Mac OS X et Linux. Sous une apparence peu avenante (on a l’impression de se retrouver sous Excel), Jaikoz est très puissant et convient parfaitement à des usages avancés (jusqu’à 50 labels possibles : ISRC, Numéro de catalogue, paroles, remixeur, champs personnalisés…) et à ceux qui comme moi doivent l’utiliser pour retrouver des références assez rares. Si tout ou partie des tags existent déjà, Jaikoz interroge MusicBrainz et Discogs pour retrouver la référence correspondante. Si rien n’existe, vous pouvez tenter votre chance en utilisant l’acoustiID d’un titre. Jaikoz ne trouve pas tout, mais même lorsqu’il ne trouve pas automatiquement votre référence, tout n’est pas perdu. Vous pouvez encore lui donner manuellement la référence MusicBrainz ou Discogs et il corrigera les meta données.

Enfin si votre disque ne se trouve sur aucune base de données, vous pouvez créer cette référence sur MusicBrainz en un seul clic, la communauté vous en sera reconnaissante.

Jaikoz existe en version d’essai gratuite pendante 30 jours (télécharger). Cette version permet de sauvegarder 20 titres par session. Passé ce délais il vous en coûtera £20 (un peu moins de 25€) pour la version standard et £30 pour la version pro. La principale différence entre les deux est que la version standard est limitée à 5000 appels à Discogs par jour.

Last.fm Discover : A découvrir absolument

Last.fm is back! Encore hier dans le comparatif des radios personnalisées, je vantais les richesses de Last.fm en tant qu’outil de découverte, mais déplorais le manque souplesse dans les réglages de la station. Et voilà que Last.fm débarque avec un outil de découverte dont l’interface riche et soignée dénote avec la sobriété de son intitulé : Discover.

Avec bientôt 10 années d’expérience au compteur, Last.fm a beaucoup d’avance sur ses concurrents et c’est un véritable bonheur pour moi qui scrobble mes écoutes depuis 2003 que de tester cet outil qui me connait déjà par coeur et sait me proposer des titres que j’apprécie instantanément.

A la connexion sur Discover, vous choisissez parmi un tag précédemment associé à votre bibliothèque (c’est à ce moment où l’on se dit que l’on aurait dû utiliser cette fonctionnalité un peu plus), ou effectuez une simple recherche, et il suffit de se laisser guider parmi 2 millions de titres d’artistes en développement.

Vous pourrez affiner la station en indiquant si vous souhaitez davantage de titres ressemblant à celui en cours, ou au contraire quelque chose de différent. Au gré de votre écoute, glanez certains titres en le déposant dans un coin de l’écran pour en faire une playlist que vous pourrez ensuite partager sur Facebook ou Twitter.

C’est simple, c’est beau, ça fonctionne, et il y a longtemps que je n’avais été aussi enthousiaste ! Bravo !

Gobbler sort de bêta

Un an après avoir présenté Gobbler, la start-up californienne annonce sortir de bêta. Les impacts seront non négligeables si vous aviez choisi de confier vos projets d’enregistrement à Gobbler car le service va devenir payant en février 2012. Mais la transition va se faire en douceur. Si vous vous inscrivez avant le 7 décembre 2011, vous disposerez d’une pleine année d’usage gratuit de Gobbler, soit jusqu’en février 2013. Ensuite, le prix mensuel sera de 7.95 USD par mois.

Les personnes s’inscrivant avant la date fatidique du 07/12/2011 pourront en outre bénéficier de 25 Go de transfert contre 5 Go après. Si vous considérerez tester le service, il est donc évident qu’il ne faut pas tarder. En parrainant vos amis vous pourrez peut être bénéficier également d’un bonus de 1000 USD.

Cependant, l’application propriétaire Gobbler n’est toujours disponible que sous Mac, et même si les utilisateurs PC peuvent s’inscrire sur liste d’attente avec les même conditions préférentielles que les utilisateurs Mac OS, la stratégie choisie semble un peu étonnante.

Les interrogations que nous pointions lors de notre chronique initiale sont toujours prégnantes. Gobbler propose de stocker vos enregistrements sur les serveurs d’Amazon S3 qui ont pu souffrir de quelques pannes (sans destruction de données). Je suis toujours circonspect au propos de ce service, n’ayant pu le tester et n’ayant pu avoir de retour d’utilisateur autour de moi. Lecteur, si tu es sous Mac, essaie Gobbler et viens nous dire ce que tu en penses en commentaire !