Archives du mot-clé last.fm

ListenBrainz entre en Beta

Près de 2 ans après sa première apparition ListenBrainz est entré hier en beta après avoir ingurgité 10 millions de données d’écoute, seuil qu’il s’était fixé.

Rappelons que l’objectif de Listenbrainz est de collecter et préserver les données d’écoutes similaires à celles de Last.fm, mais de les mettre à disposition des utilisateurs et des chercheurs. ListenBrainz fait partie de MetaBrainz, qui édite notamment MusicBrainz ou Covert Art Archive

Au programme « visible » de cette beta, outre une modification profonde de l’architecture technique :

  • Imports incrémentaux depuis Last.fm. Plus besoin de réimporter tout son historique, ce qui pouvait être long. Le déboulonnage est évidemment géré.
  • Possibilité de « scrobbler » directement sur ListenBrainz. Je n’ai pas encore testé mais les infos sont ici.
  • Possibilité d’importer un fichier d’écoutes Last.fm si vous l’avez exporté
  • Export des données depuis ListenBrainz
  • Adaptation de la limite d’utilisation de l’API

Après 2 ans d’inactivité, je vous conseille de participer à ce beau projet qui connait un nouveau souffle. En ces temps d’instabilité (cf Soundcloud), la conservation de vos données d’écoute ne semble pas une mauvaise idée.

Le détail de l’annonce de ListenBrainz.

ListenBrainz, un Audioscrobbler open-source

listenbrainz-logo

Depuis le rachat en 2007 de Last.fm par CBS, le sujet de la pérennité de l’accès aux données scrobblées a régulièrement fait surface. On ne peut dire que Last.fm ait bénéficié d’un grand intérêt de la part de son actionnaire, les fonctionnalités de la plate-forme étant supprimées unes à unes. Aujourd’hui, outre le scrobbling et l’agenda de concerts, il ne subsiste pas grand chose et le récent redesign a achevé de perdre les utilisateurs réguliers.

En parallèle du redesign, une refonte technique a également été opérée en août dernier.

Un mois après jour pour jour, ListenBrainz a été lancé lors du Future Music Forum de Barcelone par d’anciens de Last.fm et des contributeurs à MusicBrainz. On peut lire sur le site que cet Audioscrobbler open source poursuit 2 buts :

  • Préserver l’historique des scrobbles des utilisateurs de Last.fm dans un projet ouvert au sein de la fondation MetaBrainz
  • Contribuer à la recherche en mettant à disposition les données d’écoute publiquement

24 heures après son lancement en version alpha, ListenBrainz permet uniquement d’importer son historique Last.fm dans une liste brute après s’être connecté avec son compte MusicBrainz.

Après l’arrêt de Libre.fm (une précédente tentative d’open-sourcer le scrobbling) il y a plusieurs années, cette initiative fait très plaisir à voir. Son hébergement par MetaBrainz est un gage de sérieux et nous avons hâte, une fois les soubresauts des premiers jours passés, de voir quelle place ListenBrainz va occuper dans le champ des technos musicales.

Tomahawk 0.8 : l’âge de raison

logo Tomahawk Player

Si vous lisez ce blog régulièrement, vous savez à quel point j’apprécie le lecteur audio Tomahawk. La version 0.8 est sortie cette semaine avec beaucoup de nouveautés.

Un design revu

Sans subir de bouleversements ergonomiques, l’interface utilisateur a été totalement revue par Jordi Verdú, dont vous pouvez lire les explications sur Medium. Le résultat donne un coup d’air frais par rapport aux versions précédentes et ce design est décliné de façon cohérente sur le site web et l’appli mobile. Il manque tout de même un retravail du menu de configuration, pas toujours clair et surtout peu mis en avant. Or c’est dans ce menu de configuration de l’on peut activer tout ce qui fait la richesse et la singularité de Tomahawk.

interface de Tomahawk 0.8

Hatchet

Annoncé il y a plus de 6 mois, Hatchet (Hatchet > Tomahawk, vous avez la blague ?) est la couche sociale de Tomahawk. Elle permet d’agréger son historique, découvertes, recommandation quel que soit le service utilisé pour l’écoute. Pour le moment Hatchet est embryonnaire. Il est possible de créer un compte permettant pour l’instant uniquement de synchroniser données et playlists entre l’application desktop et l’application Android.

Application Android

Screenshots de l'application Android

Autre nouveauté majeure, Tomahawk se décline sur mobile en commençant par une application Android, dont vous pouvez rejoindre la beta. Certaines fonctionnalités comme le support des playlists XSPF dont je parlais la semaine dernière ne sont pas supportées, mais le socle de Tomahawk est là : la résolution de contenus Spotify, Deezer, Official.fm, Soundcloud, Beats Music, Subsonic, Grooveshark…

Plus de contenus

Tomahawk ne supporte plus Youtube (edit: Youtube n’est plus un resolver proposé par défaut, mais il peut être ajouté manuellement en téléchargeant le script. Merci @muesli d’avoir rectifié.), mais il a ajouté Google Music, Beats Music et gère maintenant mieux les meta données de Spotify, Deezer et Rdio. Un simple glissé déposé d’un lien de ces services dans Tomahawk démarrera la lecture depuis le service de streaming que VOUS utilisez. Voir la liste exhaustive.

De nouveaux charts font aussi leur apparition pour ne pas louper sorties récentes et les titres qui se dégagent de la masse sur Hype Machine, This Is My Jam, Metacritic, HotNewHipHop, DjShop.de…

Cette version 0.8 est une grande réussite. De grands progrès ont été faits sur le design et la stabilité de la version desktop. L’intégration de Google Music est également un grand motif de satisfaction pour moi car je m’en sert comme espace de backup pour une partie de ma collection. La seule chose qui manque encore pour en faire l’unique point d’entrée vers tout contenu musical est l’accès aux contenus Bandcamp. Espérons que Bandcamp se décidera à réouvrir son API.

Tomahawk est disponible en téléchargement gratuit sur Windows, Mac OS et Linux (Ubuntu, Linux Mint, OpenSuse…). Vous pouvez contribuer à son amélioration sur Github.

Scrobbler depuis Soundcloud, Bandcamp, Youtube, Google Play

greasemonkey

Si de plus en plus de plateformes permettent nativement de scrobbler votre activité sur Last.fm (Spotify, Deezer, Grooveshark, Ex.fm…), ce n’est malheureusement pas le cas de tout le monde.
Pour palier à ce manque, reste la solution Greasemonkey pour Firefox ou son équivalent sous Chrome, et à aller fureter sur Userscripts.org.

Voici quelques scripts pour vraiment tout scrobbler (enfin presque).

Soundcloud

S’il est un site ou l’absence de scrobbling est étonnante, c’est bien Soundcloud. A tel point que j’attends vos commentaires pour me dire que l’option est bien présente dans un menu planqué. Si ce n’était le cas, vous pourrez toujours utiliser le script Soundcloud Last.fm Scrobbler. Son gros inconvénient étant qu’il ne fonctionne dans sa dernière version qu’avec l’ancien design du site. Espérons que son développeur le mette à jour rapidement.

Bandcamp

Autre grand absent, Bandcamp, devenu incontournable pour tout artiste en développement. Ce script sommaire (permettant tout de même de liker un titre depuis bandcamp) fonctionne avec tous les sous-domaines de bandcamp.com. Si vous êtes vraiment un acharné, vous pouvez tout à fait ajouter un domaine personnalisé à la liste blanche pour vous permettre de scrobbler depuis un lecteur bandcamp hébergé sur un domaine tiers.

bandcampscrobbler

Youtube

Scrobbler depuis Youtube peut avoir des inconvénients, c’est pourquoi YouScrobbler permet par défaut d’envoyer manuellement son activité. Si vous le voulez, vos pourrez aussi activer un mode automatique, et corriger les méta données avant de scrobbler. Vraiment pratique, Youtube étant probablement las plateforme aux contenus les plus riches.

Google Play

Pour installer ce script, il vous faudra créer une application via l’API de last.fm, ce qui se fait gratuitement et en quelques secondes. 2 copier-coller des clés API plus tard, vous pourrez scrobbler votre activité sur Google Play. Si vous utilisez Chrome, il existe plusieurs extensions permettant le scrobbling, parmi d’autres fonctionnalités.

Soundiiz et Monkey Musics, 2 nouveaux convertisseurs de playlists

Je reçois peu de courrier intéressant via le formulaire de contact, mais à quelques jours d’intervalle, deux nouveaux sites français répondant au même besoin ont trouvé le chemin de mon inbox, ce qui explique cette note groupée.

Soundiiz

soundiiz

Honneur au premier à être apparu : Soundiiz converti vos playlists. pour se faire, il suffit de connecter vos comptes Deezer, Soundcloud, Last.fm, Qobuz, Youtube ou Grooveshark et de vous laisser guider. Vous pouvez utiliser Soundiiz pour éditer ou supprimer des Playlists facilement depuis une même interface.

Décevant lors de mon premier test il y a une dizaine de jours, le service Soundiiz semble maintenant stabilisé. Outre une indisponibilité (temporaire ?) de la conversion vers Youtube, la conversion est rapide, le service est intuitif et l’interface soignée (Merci Bootstrap).

On espère bientôt une fonctionnalité d’export (XSPF) et, pour s’affranchir des limitations liées aux divers catalogues, vers l’incontournable Tomahawk.

Monkey Musics

monkeymusics

Autre projet étudiant, Monkey Musics est également un convertisseur de liste de lectures, avec quelques différences dans les services supportés. Ici Deezer, Spotify, Grooveshark, Youtube et Rdio. Vous devrez copié l’URL de votre playlist pour choisir la plateforme de destination. Malheureusement, impossible de faire fonctionner l’outil. Mes tentatives se soldent soit par un échec (sans message d’erreur) ou au mieux par la création d’une playlist vide.

Edit 25/01/2013 : L’export Youtube fonctionne maintenant (problème côté Youtube qui explique aussi la défaillance de Soundiiz plus tôt dans la journée), et c’est moi qui me plantait sur la conversion de playlist Spotify : il faut copier les URL de TOUTES les pistes, et non l’URL de la playlist. J’aurais dû me souvenir de cette subtilité déjà rencontrée chez Groovylists. Petite différence entre Soundiiz et Monkey Musics, le premier permet de choisir le titre de la playlist convertie, et exporte les titres non disponibles sur la plateforme de destination, une bonne idée au cas où les catalogues des uns ou des autres venaient à s’étoffer

Mes outils de veille musicale, ou comment ne pas louper un disque d’un groupe que j’apprécie

Depuis que je ne lis plus la presse musicale, et que les blogs musicaux ont quitté mon lecteur de news, il est devenu moins facile de ne plus rater de sorties de groupes que j’apprécie. Voici les solutions que j’utilise désormais pour me tenir au courant et ne plus rien louper.

Last.fm et IFTTT

Last.fm propose deux flux différents, les nouvelles sorties des artistes figurant dans votre bibliothèque (ceux que vous avez scrobblés) et des recommandations en fonction de votre historique d’écoute. Pour ne pas avoir à me connecter sur le site et ne pas encombrer mon lecteur de news, j’ai créé deux recettes sur If This Then That. Pour ceux qui ne connaîtraient pas IFTTT, c’est un service qui permet d’automatiser certaines tâches en définissant très simplement un élément déclencher et l’action que cela doit accomplir. Pensez à Yahoo! Pipes en très simplifié et facile d’utilisation.

Ces recettes IFTTT sont configurées pour m’envoyer un email à chaque fois qu’un nouveau disque ou une nouvelle recommandation est ajoutée. Vous pouvez utiliser ces recettes publiques, vous n’aurez que votre nom d’utilisateur à modifier.
Le point négatif avec Last.fm est que tout aussi étonnant que cela paraisse quand on connaît la maturité du service, il gère mal les homonymes. Un cas qui arrive malheureusement plus souvent qu’on ne le pense.

Mise à jour du 04/10/2014 : J’ai créé 2 nouvelles recettes IFTTT : Elles permettent simplement de recevoir les nouveaux disques d’artistes scrobblés et les recommandations Last.fm via des notifications mobiles Pushbullet.

Discogs

Probablement la solution la plus complète en théorie : la page personnalisée des nouvelles sorties de Discogs. La richesse de la communauté Discogs permet de rien louper, la moindre édition limitée, tour single, remix y est documenté. C’est génial, mais on se perd souvent dans les rééditions de back catalogue qui ressurgissent en tête de liste. L’autre inconvénient majeur est que cette page de recommandations personnalisées n’offre pas de flux XML. Impossible donc d’y accéder autrement qu’en se connectant à Discogs. Pas pratique et pour moi qui n’ai ajouté que 10% environ de ma collection à mon compte Discogs, il manque pas mal de choses.

Headphones

A la base, Headphones est un add-on pour SABnzbd, une application qui sert à automatiser le téléchargement de contenus sur les newsgroups. Mais Headphones peut fonctionner sans SABnzbd, si on en fait comme moi un usage détourné. Il vous faudra installer Python et clôner le réprtoire Github du projet. Ensuite, lancez Headphones.py, spécifiez le répertoire de votre bibliothèque musicale et attendez que Headphones analyse le tout. Pour chaque artiste vous disposerez d’une discographique complète (basée sur les données de Musicbrainz) et d’un indicateur informant de la présence de tous les titres dans votre librairie. Cliquez sur l’onglet « Wanted », et vous trouverez la liste des albums des artistes de votre bibliothèque qui sortiront prochainement. L’onglet « Extras » permet quant à lui d’afficher des recommandations de nouveaux artistes, ne figurant pas encore dans votre bibiliothèque.

Les données provenant des MusicBrainz, les résultats sont plutôt bons, même si il y a pas mal de trous concernant des artistes confidentiels (peut être que le support de Discogs sera ajouté prochainement ?). Points négatifs, Headphones est plutôt gourmand en ressources et a tendance à faire ramer mon NAS (il existe un package Headphones pour les possesseurs de NAS Synology). De plus, l’utilisation première de Headphones étant le téléchargement, l’interface parait souvent incongrue.

Si vous avez d’autres méthodes (non, je ne veux pas utiliser les recommandations d’Amazon, merci), votre avis est le bienvenu, car pour le moment je n’ai pas trouvé la solution miracle.