Archives du mot-clé spotify

Tomahawk 0.8 : l’âge de raison

logo Tomahawk Player

Si vous lisez ce blog régulièrement, vous savez à quel point j’apprécie le lecteur audio Tomahawk. La version 0.8 est sortie cette semaine avec beaucoup de nouveautés.

Un design revu

Sans subir de bouleversements ergonomiques, l’interface utilisateur a été totalement revue par Jordi Verdú, dont vous pouvez lire les explications sur Medium. Le résultat donne un coup d’air frais par rapport aux versions précédentes et ce design est décliné de façon cohérente sur le site web et l’appli mobile. Il manque tout de même un retravail du menu de configuration, pas toujours clair et surtout peu mis en avant. Or c’est dans ce menu de configuration de l’on peut activer tout ce qui fait la richesse et la singularité de Tomahawk.

interface de Tomahawk 0.8

Hatchet

Annoncé il y a plus de 6 mois, Hatchet (Hatchet > Tomahawk, vous avez la blague ?) est la couche sociale de Tomahawk. Elle permet d’agréger son historique, découvertes, recommandation quel que soit le service utilisé pour l’écoute. Pour le moment Hatchet est embryonnaire. Il est possible de créer un compte permettant pour l’instant uniquement de synchroniser données et playlists entre l’application desktop et l’application Android.

Application Android

Screenshots de l'application Android

Autre nouveauté majeure, Tomahawk se décline sur mobile en commençant par une application Android, dont vous pouvez rejoindre la beta. Certaines fonctionnalités comme le support des playlists XSPF dont je parlais la semaine dernière ne sont pas supportées, mais le socle de Tomahawk est là : la résolution de contenus Spotify, Deezer, Official.fm, Soundcloud, Beats Music, Subsonic, Grooveshark…

Plus de contenus

Tomahawk ne supporte plus Youtube (edit: Youtube n’est plus un resolver proposé par défaut, mais il peut être ajouté manuellement en téléchargeant le script. Merci @muesli d’avoir rectifié.), mais il a ajouté Google Music, Beats Music et gère maintenant mieux les meta données de Spotify, Deezer et Rdio. Un simple glissé déposé d’un lien de ces services dans Tomahawk démarrera la lecture depuis le service de streaming que VOUS utilisez. Voir la liste exhaustive.

De nouveaux charts font aussi leur apparition pour ne pas louper sorties récentes et les titres qui se dégagent de la masse sur Hype Machine, This Is My Jam, Metacritic, HotNewHipHop, DjShop.de…

Cette version 0.8 est une grande réussite. De grands progrès ont été faits sur le design et la stabilité de la version desktop. L’intégration de Google Music est également un grand motif de satisfaction pour moi car je m’en sert comme espace de backup pour une partie de ma collection. La seule chose qui manque encore pour en faire l’unique point d’entrée vers tout contenu musical est l’accès aux contenus Bandcamp. Espérons que Bandcamp se décidera à réouvrir son API.

Tomahawk est disponible en téléchargement gratuit sur Windows, Mac OS et Linux (Ubuntu, Linux Mint, OpenSuse…). Vous pouvez contribuer à son amélioration sur Github.

Explorez la Long Tail de vos artistes préférés

Habitué de ces colonnes où nous avons régulièrement rendu compte des avancées de Seevl, Alexandre Passant vient de dévoiler un composant réalisé avec Polymer et l’API Spotify (je vous renvoie au site d’Alexandre pour les détails de l’implémentation) permettant de créer une Playlist des titres les moins écoutés d’un artiste.

Outre, son intérêt technique, le bien nommé The Long Tail propose une manière originale d’explorer les répertoires de nos artistes favoris.

Je vous propose pour commencer une playlist de 50 titres de The Fall que même Mark E. Smith a oublié.

The Set Listener transforme setlists en playlists

set_listener_spotify

Vous ne pouviez pas vous rendre au concert de votre groupe favori à Los Angeles et vous êtes un collectionneur de Setlists  ? Vous ne connaissez pas bien le groupe que vous allez voir ce soir et n’avez pas le temps d’écouter leur 17 albums studio avant le show ?

The Set Listener est fait pour vous. A partir d’un nom d’artiste, le site génèrera une playlist Spotify avec les titres joués lors du dernier concert répertorié sur Setlist.fm.

De quoi vous mettre dans l’ambiance, enfin, si le groupe ne profite de sa tournée pour tester quelques nouveaux titres !

Source : Music Machinery

H1tchr cartographie la musique

h1tchr-Logo

H1tchr est un service ayant pour vocation de documenter toutes les inspirations, ressemblances, samples, emprunts qui font la richesse de la musique. Le site est accessible sur invitation depuis quelques semaines. Si j’avais trouvé le concept et la réalisation plutôt prometteurs, H1tchr souffrait d’un problème bien connu des jeunes sites web : le syndrome de la ville fantôme.

Apparemment le concepteur du site a fait le même constat et a décidé de créer une application Spotify pour augmenter la notoriété de son site et faciliter la collaboration avec le service, car avouons-le, nous n’allons probablement penser aller nous loguer sur une site dédié à chaque fois qu’une ligne de basse nous fait penser à un morceau déjà entendu.

Grâce à l’application H1tchr pour Spotify, vous pourrez donc visualiser les crédits (données de Discogs) du titre en cours d’écoute et naviguer à partir de ceux-ci (par exemple, voir les titres produits par Bob Weston). Plus classiquement, vous pourrez aussi consulter photos et bio issue de Wikipedia. Enfin, vous pourrez aussi ajouter un « h1tch », en devant toutefois retourner sur H1tchr.

h1tchmap

Chaque titre peut être un point de départ potentiel et libre aux contributeurs d’ajouter d’autres morceaux : reprises, inspirations, samples ressemblance mélodique, de paroles ou de rythmique. Le tout est représenter dans des « H1tchmaps » où l’on peut visualiser (et écouter) les ressemblances, classées par types et décades. Espérons que grâce à cette application, l’usage de H1tchr décolle, car c’est un projet qui promet de nombreuses découvertes aux fouineurs, et des heures de bonheur pour les archivistes et autres music nerds. L’application devra tout de même mieux intégrer les fonctionnalités de la webapp pour remplir son objectif premier. Car pour l’instant, difficile en ne connaissant que l’appli Spotify, d’imaginer ce qu’est le « vrai » H1tchr.

Soundiiz et Monkey Musics, 2 nouveaux convertisseurs de playlists

Je reçois peu de courrier intéressant via le formulaire de contact, mais à quelques jours d’intervalle, deux nouveaux sites français répondant au même besoin ont trouvé le chemin de mon inbox, ce qui explique cette note groupée.

Soundiiz

soundiiz

Honneur au premier à être apparu : Soundiiz converti vos playlists. pour se faire, il suffit de connecter vos comptes Deezer, Soundcloud, Last.fm, Qobuz, Youtube ou Grooveshark et de vous laisser guider. Vous pouvez utiliser Soundiiz pour éditer ou supprimer des Playlists facilement depuis une même interface.

Décevant lors de mon premier test il y a une dizaine de jours, le service Soundiiz semble maintenant stabilisé. Outre une indisponibilité (temporaire ?) de la conversion vers Youtube, la conversion est rapide, le service est intuitif et l’interface soignée (Merci Bootstrap).

On espère bientôt une fonctionnalité d’export (XSPF) et, pour s’affranchir des limitations liées aux divers catalogues, vers l’incontournable Tomahawk.

Monkey Musics

monkeymusics

Autre projet étudiant, Monkey Musics est également un convertisseur de liste de lectures, avec quelques différences dans les services supportés. Ici Deezer, Spotify, Grooveshark, Youtube et Rdio. Vous devrez copié l’URL de votre playlist pour choisir la plateforme de destination. Malheureusement, impossible de faire fonctionner l’outil. Mes tentatives se soldent soit par un échec (sans message d’erreur) ou au mieux par la création d’une playlist vide.

Edit 25/01/2013 : L’export Youtube fonctionne maintenant (problème côté Youtube qui explique aussi la défaillance de Soundiiz plus tôt dans la journée), et c’est moi qui me plantait sur la conversion de playlist Spotify : il faut copier les URL de TOUTES les pistes, et non l’URL de la playlist. J’aurais dû me souvenir de cette subtilité déjà rencontrée chez Groovylists. Petite différence entre Soundiiz et Monkey Musics, le premier permet de choisir le titre de la playlist convertie, et exporte les titres non disponibles sur la plateforme de destination, une bonne idée au cas où les catalogues des uns ou des autres venaient à s’étoffer

2012: A Jam Odissey

Décembre, la saison des rétrospectives. C’est un exercice qui ne m’intéresse pas en général, mais la fine équipe de This Is My Jam a résussi à me faire plonger avec 2012: A Jam Odyssey. En un clic, vous pouvez générer un court mix des morceaux publiés tout au long de l’année sur This Is My Jam, le tout dans un univers retro-futuriste.  Une belle occasion de se remémorer ses coups de coeur de l’année, et de découvrir ceux de vos contacts.

JamOdissey

 

Et voilà comment petit à petit, This Is My Jam parvient à se distinguer de la meute et intégrer les applications que j’utilise régulièrement (13 fois dans l’année si j’en crois ma Jam Odyssey)